SUP rider SUISSE

All and nothing on the SUP

Publié le par DomD

Un des principaux acteurs de la scène Stand Up Paddle est Patrice Guénolé.
Rideur polyvalent, trouve-tout, passionné, partageur, enfant, aventurier, insatisfait, businessman... Il est tout à la fois, et plus encore...

Je lui ai demandé de répondre à quelques questions pour permettre de définir au mieux ce qu'est le Stand Up Paddle et où ce sport peut nous emmener.



JP'Action:Patrice, quand et comment as-tu commencé le SUP ?



Patrice Guénolé: il y a quelques années maintenant, tout simplement après avoir vu une photo de Laird Hamilton* debout avec sa pagaie. J'ai tout de suite fait le lien avec ma façon de surfer mon 12' longboard. Je me souviens que j'attendais les vagues debout pour mieux les voir arriver et que je ramais accroupi. Il me manquait l'essentiel: la pagaie.
Une heure plus tard ce détail était règlé: un petit bricolage sur une pagaie basique et j'étais à l'eau sur mon longboard de 12' avec 35 nœuds off shore et 20 cm de vagues!
Ma première conclusion fut: atroce, horrible, hyper dur!
Mais j'avais senti un truc, ce truc que l'on partage tous aujourd'hui sur nos stand up paddleboards. Une attitude vraiment particulière qui laissait espérer des sensations incroyables.
Quelques mois plus tard, on mettait en production la première planche de SUP de série, une beaucoup plus facile cette fois.
Ensuite, tout s'est enchainé. Des pour, des contre, des amis, un petit groupe, une communauté et aujourd'hui un vrai sport avec d'innombrables acteurs.


JPA: Quelles sont tes influences?




PG: Je viens à la fois du windsurf et du surf, les deux seuls sports de glisse eau des années 80… J'ai toujours adoré être à l'eau et détesté être au sec. Je me suis donc toujours intéressé à tout dès qu'il m'en a été donné l'occasion: skim, body, paddleboard, wake, kite, plongée…
J'aime ce mix d'activités car ce que je recherche c'est avant tout une expérience avec l'océan.
Le stand up me permet aujourd'hui de communier encore plus avec les éléments et de ne plus jamais les subir. J'adore ça.


JPA : A ton avis, à qui s'adresse ce sport?




PG: à tous, vraiment à tous. C'est la planche qui est intéressante car elle ouvre ces sports de glisse au plus grand nombre. Notre partenariat avec l'association de personnes handicapées "Vague d'espoir" le montre tous les jours. Non seulement des personnes amputées peuvent surfer avec une prothèse de marche classique mais "Vague d'espoir " fait aussi surfer des personnes paralysées en les mettant allongées et calées avec des blocs de mousse sur ces grandes planches. Je trouve ça extraordinaire.
Plus largement, le stand up paddlesurf s'adapte à votre rythme.
Balade à la cool: 100% possible.
Rame version cardio: je ne suis jamais en dessous de 160 BPM en training
Surfer des petites vagues sans baigner des heures: 100% possible.
Surfer version hardcore: le SUP est ultra-puissant.
Tout le monde peut rider un stand up paddleboard mais surtout on peut rider un SUP n'importe où et ça c'est génial.
En rivière, en mer, en lac, avec du vent, sur du glassy, ça marche tout le temps!
C'est vraiment un sport ouvert par excellence. Il suffit d'essayer pour en être persuadé.


JPA : A l'heure de la spécialisation maximum, pourquoi cherches-tu à diriger ce sport dans autant de directions?




PG: J'ai envie de voir du monde à l'eau. Booster ce sport pour être 10 à en faire en France, ça ne rime à rien. Mon plaisir vient de l'océan mais aussi et surtout des gens avec qui je le partage. Alors montrer combien le stand up paddlesurf est polyvalent et performant tout en étant le sport de glisse le plus accessible: c'est ma façon de partager ma passion.
De plus, l'excellence peut se vivre dans deux directions: soit dans la recherche de l'ultime performance dans les conditions les plus parfaites, soit dans la recherche de la plus grande performance dans un maximum de situations.
J'ai choisi la deuxième forme de recherche de performance car j'aime m'amuser chaque jour et non pas dix jours par an. Je veux que ma planche me fasse marrer tous les jours et me donne mon quota de sensations. Si c'est à la rame dans des vagues parfaites, tant mieux. Si c'est derrière un bateau, avec une voile de planche, avec un kite, sur un lac ou une rivière, tant mieux aussi!


JPA:Comment vois-tu l'avenir du Stand Up Paddle?




PG: Ce sport est ultra simple et généreux en émotions. Il est donc sans fin.
Son avenir, je le vois sous les pieds de mes potes, des amoureux de l'océan et des néophytes, dans tous types de conditions, les plus parfaites, les plus horribles.
Ce sport est vaste, si grand qu'il en donne le tournis.

*Laird Hamilton est le surfeur Hawaïen qui a remis le Stand Up Paddle au goût du jour.



Commenter cet article